Jean De-Cock

jean de-cock

Danseur

Premier Danseur (1949)

 

1960196519661961

JEAN DECOCK

Belge, Jean Decock est né à Anderlecht en 1931. C'est sur les conseils du médecin suite à des crises d'urémie et d'hydrophysie pendant la guerre qu'il entre à 14 ans à l'école de danse de Sonia Martens à Bruxelles.
Engagé en 1950 au Théâtre Royal de la Monnaie sous la direction de Marthe Coeck, il y participe à ses chorégraphies dont Divertissement, École du Ballet, Reflets, Till Eulenspiegel, Symphonie jusqu'à son service militaire.
A son retour, Jean Decock est promu premier danseur en 1953 sous la direction de Zverev puis de Jean-Jacques Etchevery dont il exécute en soliste les chorégraphies dans Casse-Noisette, Ballet aux Chandelles, Bal des Voleurs, Bals de Paris, Lumière, Pélleas et Mélisande, Songe d'une Nuit d'Eté, Symphonie Fantastique, Opéras-Ballets, Mandarin Merveilleux, Candide, Manet, Le Masque de Mort Rouge, Pygmalion, Cancan Offenbach, Lilian, La Licorne, la Gorgone et la Mandragore, Espagnolade, Suite Fantasque, Vincti non devici, Quintette etc...
Il interprète le rôle de Rimini dans la création d'André Leclair Francesca di Rimini en 1956, et participe à sa Rapsodie. Pour son collègue et ami de longue date Jacques Sausin qui lui confie le rôle du Diable dans Méphisto Valse en 1958, il danse aussi sa Suite de Valses en 1959.
En 1957 Jean-Jacques Etchevery lui confie la chorégraphie du Bourgeois Gentilhomme, et l'année suivante celle de Invocation et Danse avec 10 danseurs de La Monnaie.
Il participe aux spectacles que règlent Asaf Messerer et Anton Dolin ainsi que ceux du Festival du TRM et de Venise. Il remplace au dernier moment le danseur étoile blessé à la main dans Sylvia au Théâtre Royal de Liège dans la chorégraphie de Christian Foye.
A l'arrivée de Maurice Huisman à la direction de la Monnaie, il danse dans les productions de Peter Darell Le Prisonnier et le Bal de la Victoire et participe à la création du Sacre du Printemps de Maurice Béjart qu'il dansera en tournée avec le Ballet du XXeme Siècle en 1960,à Londres, Paris, etc...
L'année suivante 1961, il devient danseur-étoile et Maître de Ballet du Théâtre Royal de Liège ou il chorégraphie Noir sur Blanc sur une musique du compositeur liègeois Michel Leclercq. Mais il est trop tôt pour abandonner la scène, aussi il se fait engager au Théâtre Royal de Mons par Janine Berdel tout en participant aux spectacles d'Hanna Voos à Charleroi.
Pour la saison 1962-63 Hanna Voos l'engage au Ballet du Hainaut. Ce sera le début d'une longue collaboration basée sur la confiance et l'amitié jusqu'à son décès en 1990.
A la formation de Ballet de Wallonie en 1966 Jean Decock y sera premier danseur demi-caractère. La liste des rôles qu'il a interprété, jusqu'à sa nomination au poste de régisseur de scène en 1969, est longue.
Nommé régisseur général en 1978, il continue comme par le passé à gèrer les tournées du Ballet Royal de Wallonie, en Belgique et à l'étranger, pour les successeur d'Hanna Voos Juan Giuliano et Jorge Lefebre.
Avec André Leclair, ils seront les premiers danseurs à prendre leur pré-retraite en 1986 car ils étaient les premiers à avoir continué sans interruption une carrière dans une compagnie de danse.
Jean Decock continuera cependant à donner des cours de Pas de Deux aux Humanités Chorégrapiques du Conservatoire de Charleroi jusqu'à sa pension en 1996.
Depuis lors il s'est retiré avec sa femme Mady Saeys dans leur maison d'Anderlecht.

• Vous avez trouvé des erreurs ? Quelquechose manque ? N'hésitez pas à contribuer au projet. •